Les conseils pour bien sécuriser sa copropriété

Se sentir en sécurité chez soi est primordial. Habitant en copropriété, plusieurs éléments peuvent être mis en place pour assurer la tranquillité des copropriétaires d’un immeuble, et apporter de la valeur au bâtiment par la même occasion. Voici comment rendre sa copropriété plus sécurisée.


L’accès à la copropriété

En septembre 2022, on compte 53 337 cambriolages de logements d'après une étude du Service Statistique Ministériel de la Sécurité Intérieure, amenant les occupants à limiter l’accès à la copropriété.

    Pour éviter la présence d’intrus dans la copropriété, il est important et utile de contrôler l’accès à la copropriété. En laissant libre accès à la résidence, vous risquez des vols, des squats, des intrusions ou encore des actes de vandalisme. Les solutions sont :

  • L’installation d’un interphone : vous pourrez identifier la voix de l’interlocuteur, qui pourra se présenter ou autre,
  • L’installation d’un visiophone : vous pourrez voir votre interlocuteur et savoir qui vous laissez entrer etc,
  • L’installation d’un digicode/système VIGIK : seuls les copropriétaires et ceux à qui ils ont donné le code ou le badge pourront rentrer dans la copropriété (certains salariés comme Orange ou La Poste peuvent avoir un accès, limité, à votre immeuble avec le Vigik).

Ces dispositifs doivent être installés dans le sas d’entrée pour sécuriser la copropriété dès son seuil. Cela limitera l’accès dès le départ.


Dissuader les intrus

Autre moyen de plus en plus utilisé : la vidéosurveillance, qui sécurise les parties communes et l’entrée de la copropriété. En plus de leur côté dissuasif, les caméras de surveillance filment les espaces communs de votre copropriété (parking, hall d’entrée, cour, local vélos, boîtes aux lettres…). Les images seront consultées en direct ou par enregistrement, visibles par les membres du Conseil Syndical, le syndic de copropriété, le référent de la copropriété, le gardien, ou encore les autorités compétentes si besoin. Ce système de sécurité ne doit pas être utilisé à de mauvaises fins mais à la suite d’incidents. La durée de conservation des images est d’environ 1 mois en moyenne.

Autre mise en place dissuasive, les lumières automatiques. Fonctionnant par détection de présence, les intrus penseront qu’un copropriétaire les a vu, ou alors n’oseront pas commettre d’infraction de peur d’être pris sur le fait. Une zone totalement dans le noir facilite la tentative. Ici, les fauteurs de troubles seront vus au grand jour, même en pleine nuit ! 

Aussi, avoir un gardien d’immeuble (un concierge ou un employé d’immeuble) peut aider à sécuriser votre copropriété. Étant donné qu’il a un appartement au rez-de-chaussée (la plupart du temps), il peut surveiller la copropriété et dissuader les intrus.

En période de vacances, si votre immeuble est peu habité, vous pouvez demander à la police de votre ville de faire des rondes, de passer régulièrement devant votre copropriété, pour vérifier si tout va bien et dissuader les auteurs de vandalisme ou autres délits. Vous pouvez aussi prévenir un de vos voisins de votre départ en vacances, et leur demander de jeter un œil sur votre appartement.


D’après la loi

Évidemment, chaque décision doit être encadrée et suit un processus et des règles établies. Toute mise en place de dispositifs de sécurité dans les lieux communs doit être votée en assemblée générale.

Par exemple, les résolutions doivent être votées en Assemblée Générale, à la majorité absolue de l’article 25, pour toutes installations de système d’accès aux parties communes, ou pour l’embauche d’un employé d’immeuble.
Évidemment, ces dispositifs doivent être en accord avec le règlement de copropriété de l’immeuble.


Les conseils 

Faites établir un diagnostic de sécurité de votre copropriété. Pour cela, vous pouvez demander à un service de police de votre ville d’identifier les risques auxquels votre copropriété (vos parties communes) est exposée.

Parlez-en à votre syndic. Celui-ci pourra vous conseiller des prestataires, spécialisés dans la sécurité de copropriété, et de confiance. Il pourra également vous aider pour le diagnostic de sécurité de copropriété.

Discutez-en avec vos voisins. Parlez des problèmes qui ont pu être rencontrés, et des solutions auxquelles chacun a pensé. Mettez en commun vos idées pour les présenter lors de la prochaine assemblée générale. 

Mettez en concurrence les devis. De cette manière, vous trouverez le prestataire le plus qualitatif possible, ou au prix le plus abordable (tout dépend de vos attentes).
 

Mis à jour le